DCSG découvertes

Bloody Mary

La légende de Bloody Mary

 

 

 

Boisson très connue des amateurs, le Bloody Mary est aussi une légende folklorique. Une légende qui a traversé les âges et a subi pas mal de transformation dans le temps. Bloody Mary ou en français Marie la maudite est une légende que l’on connaît tous, mais l’histoire reste mystérieuse.

Pour invoquer Boody Mary, il faut se tenir devant un miroir, avec une bougie dans une pièce sombre en appelant cette dernière plusieurs fois. Même si les détails de l’invocation changent un peu selon les dires, la base reste la même. Si le rituel est exécuté correctement, Bloody Mary peut soit apparaître dans le miroir, soit sortir du miroir et griffer le visage du participant. Elle pourrait aussi être libérée de l’au-delà pour hanter l’invocateur à jamais (on se demande dans ce cas s’il y aurait plusieurs Bloody Mary ?). Il est possible aussi que le miroir dégouline de sang ou encore que l’invocateur disparaisse. Pour l’invocation, le rituel implique parfois de « provoquer » le fantôme en disant « je crois en Bloody Mary » ou encore « j’ai tué ton bébé, Bloody Mary ».

Alors, en premier lieu, il faut savoir qu’on ne sait pas précisément d’où vient cette légende, des historiens ont tenté de retracer cette légende et ont remontés jusqu’à l’année 1970, mais cette légende serait plus ancienne.

Néanmoins les folkloristes chargés des recherches, on avançait plusieurs théories. Alan Dundes suggère un rituel d’initiation à la féminité, il note à juste titre la venue du sang en rapport avec les règles, que le rituel se passe généralement dans une salle de bain et réalisé par une majorité de fille, probablement à la puberté. Un rapport logique, mais la légende ne dit pas que le rituel ne doit être pratiqué que par des jeunes filles. Cela voudrait dire que le rituel ne fonctionne pas pour les hommes et les femmes. 

D’autres théories, porte les origines de cette légende sur le fait que Bloody Mary aurait été humaine avant d’être un fantôme. Elle ne serait donc pas une démone, mais bien un être vivant décédée, bien que rien ne puisse le prouver.


Une des potentielles femmes serait Mary Tudor ou Mary 1er d’Angleterre, qui a mis à mort de nombreux protestants pour hérésie, ce qui aurait pu lui valoir ce surnom. Mary Tudor ou encore Marie la sanglante, née le 18 février 1516 et décédée le 17 novembre 1558 est la première reine d’Angleterre et de l’Irlande de 1553 à sa mort et de par son mari le roi d’Espagne Philippe II, reine d’Espagne, de la Sicile, Naples, duchesse de Bourgogne, de Milan et pour éviter d’être trop long, en plus d’être reine et duchesse, par ce mariage elle sera aussi comtesse, oui rien que ça ! Marie 1re tenta de rebâtir le catholicisme après les règnes de son demi-frère et de son père. Elle fit brûler vif plus de 280 protestants. C’est à cause de cet acte que Marie 1re fut surnommée « Marie la sanglante ».

Bloody Mary pourrait aussi être Elizabeth Bathory, connue sous le nom de la « Reine du sang », née le 7 août 1560 et décédée le 21 août 1614. La légende dit qu’elle serait la plus grande meurtrière de l’histoire hongroise et slovaque. Celle-ci aurait été accusée d’avoir abattu plusieurs jeunes paysannes de la petite noblesses envoyées chez elle par leurs parents pour apprendre les bonnes manières. Il faut savoir qu’elle a été jugée, pour ses actes. Toujours d’après la légende, cette dernière se baignait dans le sang de ses victimes pour conserver la jeunesse éternelle, bien que les historiens restent sceptiques sur ses dires. Il faut bien comprendre qu’Elizabeth Bathory aurait été sous le feu des projecteurs et qu’il est facile de déformer la vérité, surtout que beaucoup de témoignages ont étaient obtenue sous contrainte ou via des tortures et on sait pertinemment que la torture est un moyen simple d’obtenir des réponses à son avantage sans devoir pour autant les inventer.
 

Et enfin, il se pourrait que Mary Worth, puisse elle aussi être Bloody Mary. Il s’agirait d’une sorcière qui aurait résidé à Old Wagon Road à Chicago. L’origine de cette légende est aussi incertaine que l’histoire de Bloody Mary dans sa globalité. Il est dit que Mary Worth kidnappait des esclaves en fuite et les gardait enchaînés dans sa grange afin de pratiquer de sombres rituels. Les habitants sont finalement parvenus à se faire justice eux-mêmes et ont brûlé la sorcière sur un bûcher. La légende dit que son corps a été enterré au cimetière Saint-Patrick. Cette information est douteuse puisqu’une sorcière aussi infâme n’aurait jamais été enterrée dans un cimetière chrétien. Quelques années après, un couple aurait acheté la ferme et entrepris de faire des travaux sur celle-ci conscient des événements sombres qui s’y serait déroulé. Lors des travaux, le mari aurait déplacé une pierre carrée, ce qui fût une erreur. À la suite de cela des phénomènes violent, se serait déroulés comme des assiettes qui tombent, la femme qui reste enfermée dans la grange. Suite à ses nombreux phénomènes, le fermier s’est demandé s’il n’avait pas déplacé la tombe de Mary. Malgré tout, il essaya de remettre en place la pierre, mais il ne put trouver l’endroit exact. Après plusieurs années de tourments, la maison a brûlé en 1986, officiellement l’incendie sera considéré comme criminel. Depuis lors, plusieurs tentatives de reconstruction furent entamées mais en vain, plusieurs maisons se trouvant à proximité de la grange de la sorcière brûlèrent.

Quoi que soit le point de départ de l’histoire de Bloody Mary et que ce soit l’une des trois femmes citées ci-dessus, le doute persiste. Il est vrai que d’après leurs histoires, il est évident que chacune aurait pu porter ce surnom, qui continuera encore à laisser des questions sans réponses. On peut se poser la question, est ce que Bloody Mary, n’est pas un surnom qui pourrait être donné à des femmes donc le passé a été trop sombre ?

 

Quant à la boisson le Bloody Mary donc les ingrédients sont la vodka, jus de tomate, de citron, des épices comme le piment, de tabasco ou du poivre et du sel de céleri. L’histoire de ce cocktail est aussi incertaine que l’histoire du fantôme. On raconte que ce cocktail aurait été créé par un barman pour un client qui ne souhaitait pas que sa femme puisse se rendre compte qu’il buvait de l’alcool (le surnom de sa femme fut donc Bloody Mary ou Maudite Mary). Une autre hypothèse dit que cette boisson tire son nom de Marie Tudor ou Marie la sanglante. Hormis le nom qu’elle point commun ? La couleur de la boisson est de couleur rouge comme le sang, cela aurait pu en fait penser à ses dernières. Bien sûr, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. 

 
 

Date de dernière mise à jour : 21/04/2022

×