Le fort Liédot

Le fort Liédot

 Après le fort de l’inutile, comme l’était surnommé le fort boyard, nous allons découvrir le fort de l’invisible. À l’instar de son homologue le fort boyard celui-ci peu être visité. À l’instar de son homologue le fort boyard celui-ci peu être visité. Le fort Liédot nommé à l’origine fort de la sommité, se trouve en Charente maritime, au nord-est de l’île d’Aix. La superficie de ce fort est de 8 100 M² est la propriété du conservatoire du littoral depuis 1990 qui en a légué la gestion à la commune d’Aix.
La commune a ainsi grâce à ce fort pu mettre en valeur son patrimoine, la commune a en effet profité de l’espace de ce fort afin d’exposer des tableaux et objets historiques aux nombreux forts de la région. 

Le fort initialement à vocation défensive de la rade de l’île en attendant la construction du fort Boyard donc le projet est à la demande de Napoléon 1er, il va servir à beaucoup d’autres choses, lieu de détention, cible d’entraînement de tir, de colonie de vacances pour l’armée et aujourd’hui celui-ci est ouvert au public et permet la visite des lieux. Le lieu est devenu un lieu prisé des randonneurs et cyclistes

Le 5 août 1808, l’empereur Napoléon 1er, se rend sur l’île d’Aix pour une visite de routine décide de la construction d’un fort indestructible et imprenable et qui rend difficile tout débarquement, afin de s’en assurer, il réalise lui-même les premiers dessins. Il opte pour la partie la plus haute de l’île, cela explique la raison de son premier nom fort de la sommité. La construction du fort commence en 1810 pour s’achever en 1834.
La construction durera 24 ans, débuta en 1810 sous les directives d’un ingénieur nommée Thuillier. Il entreprit de construire un fort carré, doté de bastion à chacune de ses pointes. Les bastions d’une taille de 90 M de côtés et 7 mètres de haut, accompagnés d’une tour centrale de 30 mètres de côté. Il fut par la suite construit une tour modèle 1. [ces tours du nom de tour empire ou tour Napoléon est une construction standardisée. Napoléon, voulant remédier à la désorganisation des défenses côtière, exige la construction de défenses réunissant plusieurs éléments important donc les magasins à poudre, magasin de vivres et logement des canonniers.]

Crédit photo: Patrick Despoix

La carrière de Crazannes près de saint Savinien fut la carrière qui approvisionna les pierres qui ont permis la construction du fort. En 1812, le fort est renommé fort Liédot en hommage au colonel du même nom, mort pendant la campagne de Russie. Fin 1834, la tour centrale initiale est transformée en tour modèle 1 est de part sa structure sera le seul exemplaire de ce type qui ne sera pas standardisé. 
Ce fort permet de ne pas douter des compétences des membres du génie civil, car il s’agit d’un fort implanté en haut de l’île, semi-enterré afin d’éviter les tirs d’artillerie. Même si celui-ci ne subira aucune attaque, il servira à des tirs d’entraînement par l’armée française en 1863 afin de tester la solidité de celui-ci, il faut savoir qu’il fallut deux ans pour procéder aux réparations des parties abîmées. Il servira par la suite de centres de détention pour prisonniers politiques pendant l’insurrection de Paris en 1871. 

Crédit photo: Ji-Elle 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le fort sera géré par les œuvres sociales du ministère des Armées qui le transforme en colonie de vacances, des enfants y seront accueillies de 1948 à 1958 puis de 1962 à 1980. Puis le fort sera abandonné pendant plusieurs années et la végétation envahira celui-ci. Il est racheté en 1989 par le conservatoire du littoral qui en assurera la réhabilitation et la gestion à l’aide de la commune d’Aix. Le fort Liédot fait l’objet d’un classement monument historique depuis le 8 septembre 1995. 
Il est possible de visiter ce fort pour 5 euros en moyenne en visite libre ou 7 euros en visite guidée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le fort sera géré par les œuvres sociales du ministère des Armées qui le transforme en colonie de vacances, des enfants y seront accueillies de 1948 à 1958 puis de 1962 à 1980.

 

Date de dernière mise à jour : 06/02/2021